Établissement privé catholique sous contrat d’association avec l’État

  

  

 

A la source, Madeleine Daniélou 

Madeleine Daniélou

Mère de six enfants, Madeleine Daniélou est également une des premières femmes agrégées de lettres.

Tandis qu’elle fait ses études supérieures au Cours Sévigné à Paris dans les années 1903, une de ses amies, Louise, lui confie : « On m’a fait lire France et Renan, je ne crois plus, j’ai retiré la statue de la Sainte Vierge de ma chambre. » Immédiatement lui vint à l’esprit qu'il faudrait qu’existe « une maison où des jeunes filles catholiques puissent faire des études supérieures sans que de telles choses arrivent ! » Elle ajoute : « En un éclair, tout le projet de l’œuvre à faire se présenta à mon esprit. »

En 1907, Madeleine créa une École normale libre pour jeunes filles. Rapidement, un groupe d’enseignantes se forma autour d’elle, attirées par la nouveauté de cette mission et sa force spirituelle. Le père de Grandmaison, théologien jésuite, reconnut dans le projet de Madeleine Daniélou une inspiration venue de l’Esprit Saint. Il accompagna cette communauté naissante, qui se mit sous le patronage de saint François-Xavier et qui prononça au collège Sainte-Marie de Neuilly ses premiers vœux, en septembre 1915.  

À la suite de l'inspiration de Madeleine Daniélou, de nombreux établissements se sont ouverts, en France, en Côte d’Ivoire à Abidjan ou en Corée du Sud à Séoul.


 

La communauté Saint-François-Xavier à Daniélou 


Isabelle Bochet (professeur de philosophie), Iseult Le Sonneur (missions de service), Agathe Laflèche (responsable de la communauté), Hélène Duquennoy (professeur de SVT)

Quatre sœurs de la communauté Saint-François-Xavier vivent sur place, partageant avec des laïcs leur mission d’éducation et de transmission.

Isabelle Bochet a longtemps été professeur de philosophie en classes préparatoires à Daniélou. Spécialiste internationale de Saint Augustin, elle enseigne aujourd'hui la philosophie au Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris.

Iseult Le Sonneur organise et accompagne les jeunes vers le sacrement de confirmation, qui rassemble plus de 130 élèves de la quatrième à la terminale ; elle invite les parents à suivre ce parcours spirituel intense. Elle propose également aux lycéennes des temps d'écoute et de service auprès des résidents de la maison de retraite Cognacq-Jay à Rueil-Malmaison, ainsi que, certains dimanches, une participation active auprès de personnes handicapées lors des journées Foi et Lumière.

Agathe Laflèche est responsable de la communauté à Rueil-Malmaison et garante de l’inspiration de Madeleine Daniélou dans les instances pédagogiques, éducatives et spirituelles. Elle intervient auprès des collégiennes et lycéennes dans les engagements du Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ). Elle anime en classes préparatoires un parcours alpha et accompagne les étudiants dans leur préparation au baptême et à la confirmation.

Hélène Duquennoy est enseignante en sciences de la vie et de la terre. Elle anime également en Terminale un cercle de bioéthique. Elle participe aux échanges entre enseignants sur les réformes pédagogiques au lycée et cherche dans son enseignement à aider les jeunes à découvrir la liberté de penser et d’agir.